Nouvelle option pour les lésions de la moelle épinière

 Voici comment le focus décrit un rapport

À l’avenir, une nouvelle nanotechnologie pourrait prévenir la paraplégie résultant d’une lésion de la moelle épinière . Les cellules nerveuses et leurs axones peuvent généralement repousser dans le tissu nerveux endommagé et ainsi restaurer la fonction.

Cependant, les cicatrices sur le site des dommages empêchent cette régénération. Des chercheurs dirigés par Joh Kessler de la Northwestern University ont développé un nano-gel qui supprime les cicatrices et sert d’échafaudage pour la croissance des cellules nerveuses. Cela les aide à se développer sur la zone endommagée.

Le gel est injecté de manière fluide dans la moelle épinière, où il forme automatiquement un squelette de nanofibres. Les souris avec une lésion de la moelle épinière qui ont été traités avec ce gel pourraient, leurs pattes de derrière après plus de six semaines clairement déplacer que les animaux non traités, les chercheurs rapportent dans le « Journal of Neuroscience« (Volume 28 pages de 3814 à 3823)

Ainsi , l’accent dans un rapport décrivant la Thérapie du futur: kit de réparation de l’embryon
L’Office fédéral de la sécurité de l’information (BSI) avait déjà décrit l’état des technologies disponibles en 2007:

Nanotechnology

Bien sûr, la nanotechnologie peut bientôt être préparée pour les implants, comme le rapporte gully.com, qui explique comment les transistors au graphène capturent l’activité des cellules électriques et sont donc presque prédestinés aux paraplégiques. Le courant serait alors délivré par des cellules solaires en polymère de durée de vie extrême: des

Transistors en graphène lisent l’activité des cellules électriques

En outre, l’implantation d’éléments nanostructuraux et de protéines ou d’anticorps pourrait stimuler la régénération des terminaisons nerveuses à l’aide de transistors en graphène.
Ces transistors détectent l’activité des cellules électriques et peuvent la transmettre aux terminaisons nerveuses sous forme d’impulsions. Des chercheurs de Munich et de Jülich ont mis au point des transistors en graphène qui leur permettent d’enregistrer les signaux électriques des cellules à haute résolution.

Thrombose, caillots sanguins
Tétraplégie